JUST EAT, JE VAIS PAS TE LÂCHER.

Travailler, passion numéro une. Manger, passion numéro deux. J’vous avoue que de temps en temps les priorités s’inversent mais ces deux restent toujours au dessus de la pile. Associer “workhard & goodkitchen” n’est pas toujours simple. Surtout quand, un samedi soir à 20h30, t’as une envie irrépressible de sushis mais que tu dois enchaîner sur trois dossiers & boucler deux prez. Eh bien oui. Il faut le savoir, cuisiner jap’ (cuisiner tout court d’ailleurs) demande du temps et de l’énergie. Et ce jour là, j’me voyais mal finir avec mon plan de travail recouvert d’algues nori, du riz plein les doigts et de l’avocat écrasé aux quatre coins de la cuisine, sans compter le temps de tout cleaner, l’enfer. Mais l’envie était là et comme je ne suis pas du genre à lâcher le morceau, j’ai innové. Être productive tout en nourrissant ce corps d’athlète*, c’est donc possible. Je vous présente Marie, la plus parisienne des sudistes, qui a choisi de se faire livrer.

C’est sûr, passer 3 ans dans la capitale n’arrange en rien l’assistanat du repas, qu’on se le dise. Mais très franchement, qui de nous tous n’a pas rêvé d’une petite sonnerie de porte annonçant un festin sans même bouger de son canapé?

À l’occasion de la transformation d’Allo Resto en Just Eat, j’ai eu l’opportunité de tester l’appli. Aussitôt trouvée, aussitôt téléchargée : Just Eat c’est quand même la facilité. Venez par là que j’vous raconte un peu.

En quelques chiffres : en 2017, Allo Resto – qui assure être « le seul acteur rentable du marché » – avait enregistré une hausse de plus de 30 % de ses commandes et de son chiffre d’affaires, avec plus de 10 millions de repas livrés. Entre temps, HOP, transformation et JUST EAT compte désormais 5.500 restaurants partenaires et propose son service dans 2.000 communes françaises. « La restauration livrée est définitivement en train de s’imposer comme un mode de consommation du quotidien », nous raconte le directeur général. Eh bien si vous voulez mon avis, je vous dit OUI Monsieur le Directeur Général ! Parce-que lorsque j’ai commandé, j’ai effectivement pris conscience et réalisé l’évolution de mes habitudes de consommation. La livraison à domicile n’étant pas du tout un réflexe dans mes années passés, elle en devient une vraie habitude dans ma vie aujourd’hui. Alors est-ce le fait d’avoir grandi? Mon rythme de travail acharné? Une envie boostée par la digitalisation qui m’a poussé à commander plus souvent? Peut-être. Quoi qu’il en soit, les restaurateurs ont dû s’adapter et prendre conscience de la plus-value apportée par la livraison à domicile.

Du coup, quelles nouveautés en 2018 pour JUST EAT ? D’abord, des offres plus personnalisées avec un client chouchouté dont les préférences seront étudiées. Aussi, JUST EAT ambitionne de « gagner 25 % de partenaires » et d’atteindre les 7.000 restaurateurs, puis les 9.000 en 2020. Ils ne travaillent plus seulement avec des restaurateurs indépendants, mais ils ont commencé à nouer des partenariats avec des chaînes comme KFC, Subway, ou plus récemment Domino’s Pizza.

JUST EAT a donc réussi le pari un peu foufou de s’extraire du microcosme parisien pour s’exporter en province et franchement, c’est une GRANDE RÉUSSITE.

Driiiiiiing. Veuillez m’excuser, on sonne. L’odeur me titille les narines à travers la cloison et je sais déjà qu’on part sur une grande régalade. Livreur poli, paradoxalement peu pressé, plats chauds, bien présentés, commande complète, à l’heure. Du début à la fin, tout est hyper simple. Une petite appli où tu rentres ton adresse / te géolocalise, tu découvres la liste des restaurants proches de chez toi, tu filtres en fonction de tes envies, spécialités, note de confiance, tu valides, tu payes (de façon hypra sécurisé), et quelques instant plus tard, tu remercies la vie et le Dieu de la bouffe pour ces portions de qualité.

JUST EAT, CROIS-MOI, JE VAIS PAS TE LÂCHER.

* plus grosse blague du monde entier
Informations : 
JUST EAT
Site Internet / Facebook / Instagram / L’appli

 

 

 

>