Processed with VSCO with hb2 presetJ’ai poussé la porte du Glastag pour y rencontrer Yohann Travostino rue Joutx-Aigues, à l’abri des regards, à quelques mètres de la frénétique Place des Carmes. Tapis floqué et façade soignée, j’entre dans une pièce tout en profondeur où un long bar trône alors que des mange-debout et des tabourets «bouchons de champagne » sont répartis sans chichis. Je sirote un cocktail (profite de la beauté du citron confit disposé avec précision sur mon godet) et nous passons à table. Ou presque. Avant, une seule question me démange les lèvres : mais alors pourquoi Glastag ?  Voir l’article